17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 15:00

"Le mystère d'amour du Jeudi Saint rend forts ceux qui étaient faibles, audacieux les lâches, nobles les êtres vils, miséricordieux les implacables"

(François Mauriac)

Partager cet article

17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 08:21

  

« Je suis convaincu que l'avenir appartient à la non violence, à la conciliation des cultures différentes. C'est par cette voie que l'humanité devra franchir sa prochaine étape. »
Stéphane Hessel

« Je suis convaincu que l'avenir appartient à la non violence, à la conciliation des cultures différentes. C'est par cette voie que l'humanité devra franchir sa prochaine étape. »

(Stéphane Hessel)

Partager cet article

17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 07:59

"Prenez garde à celui qui se couvre du manteau de la vertu et qui, par ce moyen, trompe et trouble l'univers" (Tchouang-Tseu)

" Der Staat ist für die Menschen und nicht die Menschen für den Staat." (Albert Einstein)

Ce qui se traduit par : L'Etat est là pour les (au service des) gens et non le contraire !

 

Les citoyens européens ne peuvent être considérés comme portion congrue face à cette situation polémogène !

Or, en pareille matière comme dans d'autres, la manipulation de l'information n'est pas l'apanage des seuls dictatures et régimes autocratiques ou communistes !

En examinant le comportement des médias et des personnels politiques, Noam Chomsky a dénombré 10 stratégies de manipulations pour contrôler le peuple : https://whyweprotest.net/community/threads/les-10-strat%C3%A9gies-de-manipulation-des-masses-par-n-chomsky.108569/

Les dirigeants politiques et les diplomaties européens ne disposent pas d'une légimité suffisante pour statuer en leur nom en pareille matière !

En France, alors que les enjeux de la crise ukraino-russe et les réactions et décisions qui s'y rapportent ne relèvent ni uniquement de la défense nationale, ni uniquement de la diplomatie stricto sensu, et alors même que la constitution de la Vème République ne contient aucune disposition relative à la sécurité nationale, ni les uns ni les autres ne peuvent engager la Nation, sans contrôle politique et démocratique authentique, dans un processus dont tout le monde comprend qu'il leur échappe chaque jour un peu plus, au point de faire craindre des surenchères injustifiables et inacceptables pour servir une stratégie qui n'a pas reçu de consensus national !

En Europe, les positions à l'emporte-pièce, sans mesures d'impact préalables, semblent le résultat de processus orphelins de toute véritable analyse stratégique (cf. à cet égard, notamment http://regards-citoyens-europe.over-blog.com/2014/03/les-institutions-europeennes-disposent-de-la-vision-strateggique-et-des-competences-juridiques-geopolitiques-et-techniques-suffisant ou encore http://regards-citoyens-europe.over-blog.com/2014/03/entre-presque-rien-et-11-milliards-d-euros-il-y-avait-largement-de-la-place-pour-la-raison-tel-n-a-pas-ete-le-cas-au-sein-de-la-comm )

L'heure est au sursaut démocratique, ne serait-ce que pour que la Nation reste pleinement souveraine des décisions qui mettent en péril sa sécurité et sa stabilité face à l'inconnu, et encore plus face à l'inacceptable !

Souvenons-nous de l'attitude épouvantable des dirigeants un peu partout sur le continent européen en 1914 comme de celle de la Gauche française face à la violence, aux conflits et aux crimes au cours de l'Histoire (cf. http://www.regards-citoyens.com/article-de-l-attitude-de-la-gauche-face-a-la-violence-au-cours-du-xxeme-siecle-111471469.html )

Il appartient plus que jamais aux représentants démocratiques de la nation de débattre de la position de la nation face aux risques d'aggravation de cette situation !

Voir également sur le blog du député européen Jean-Luc Mélenchon 

Que fait la flotte française en mer Noire ? - Communiqué 

Lire ce communiqué sur mon blog : http://bit.ly/1isRfbv

#France #USA #Ukraine #Russie

Que fait la flotte française en mer Noire ? - Communiqué

Lire ce communiqué sur mon blog : http://bit.ly/1isRfbv

Partager cet article

16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 14:03

En hommage à mon père disparu à l'automne 2001, je suis heureux de partager avec les lecteurs de ce blog ce poème magnifique qu'il écrivit pudiquement en 1977 !

L'Art d'Aimer 

Aimer, sous le regard amusé de la mère,

C'est pour tous les bébés, gesticuler en l'air

Bras et jambes au vent, lancés comme les éclairs

Vers le ciel blanc et pur du berceau de grand-mère !

 

Aimer, c'est pour l'enfant, jusqu'à la puberté,

Ouvrir tout grands ses yeux sur un monde agité,

Découvrir le mystère de la maternité

Et jeter vers la mère un baiser de fierté !

 

Aimer, pour le jeune homme que gagne l'âge adulte,

C'est le regard fuyant que l'Amour catapulte

Vers la fille brune ou blonde que le coeur se dispute,

Et ne jamais risquer ce qui porte à l'insulte !

 

Aimer, c'est à vingt ans, penser à son bonheur

Envisager la vie, ses problèmes, ses aigreurs

Qu'affrontera le couple, très uni par le coeur

Allié à la raison qu'envahira l'ardeur !

 

Aimer, c'est dans la vie, apporter à la femme,

Aux enfants, au foyer, le meilleur de son âme,

Eviter de ternir le bonheur par le drame

Qui, dans la vie moderne, s'asseoit près de l'infâme !

 

Aimer, c'est rayonner dans la fraternité,

Malgré tout l'irréel, percer la vérité,

Pratiquer la justice, le droit, la charité,

Chanter et pratiquer le mot de Liberté !

 

Aimer, c'est rassembler au cours du 3ème âge

Souvenirs et pensées, sans en faite étalage

Sauf, si l'expérience d'un heureux personnage

Rassemble tous les coeurs, en portant témoignage !

 

Aimer dans le silence, pour l'hommer devenu vieux,

C'est longuement regarder, non inquite, vers les cieux !

Mystique ou incroyant, sache, et c'est tant mieux,

Qu'au-delà des nuages - amier, c'est trouver Dieu !

 

Partager cet article

Published by Patrice Cardot - dans Emotions
commenter cet article
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 12:54

Stéphane HESSEL, Edgar MORIN - Le chemin de l'espérance

Partager cet article

16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 08:39

  

« Il ne faut pas exaspérer, il faudrait espérer. L'exaspération est un déni de l'espoir. »
Stéphane Hessel

Partager cet article

16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 08:16

Comment est financée la protection sociale ?

voir l'animation

 

Les ressources qui servent à financer la protection sociale se répartissent en trois catégories principales :

– les cotisations sociales (55,5% du total des ressources en 2011),

– les impôts et taxes affectés (ITAF) (24,5%), dont la CSG (contribution sociale généralisée),

– les contributions publiques de l’État et des collectivités locales (10,2%).

Ces ressources sont en progression constante. Elles suivent la croissance des dépenses de protection sociale. En 2011, elles représentaient 661,5 milliards d’euros (33,1% du PIB).

Depuis une vingtaine d’années, la part de chacune d’entre elles dans le financement de la protection sociale évolue. En effet, on assiste à une diminution du poids des cotisations sociales, qui restent quand même la première source de financement, et à une augmentation de la part des ressources fiscales, liée notamment à la montée en puissance de la CSG. Cette évolution répond à la nécessité de ne pas faire peser le financement de la protection sociale sur les seuls revenus d’activité (les cotisations sociales portent en effet uniquement sur les salaires), et de distinguer le financement des prestations relevant de la solidarité nationale de celles relevant de l’assurance.

La France s’est ainsi rapprochée de la structure moyenne de financement de la protection sociale des pays de l’Union européenne, même si elle demeure parmi les pays mettant le plus à contribution les revenus du travail.

Sur la toile publique

  •  
  •  
  •  
  •  

Partager cet article

16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 07:19
Les tribulations philosophiques et politiques de l’intérêt général (1755-2013)

 

Y a-t-il encore un sens à parler d’intérêt général dans des sociétés complexes et éclatées en une multiplicité parcellaire de réseaux? L’intérêt général est-il mort ou à réinventer? Durant deux jours, philosophes et historiens abordent ces questions lors d’un colloque à Grenoble.

Télécharger le programme complet (pdf - 266,77 ko)

 

 

L’intérêt général peut apparaître comme un concept essentiel du républicanisme français, d’abord parce qu’à travers la notion juridique de «volonté générale», il fait partie intégrante de l’univers du droit public, mais aussi, plus simplement, parce qu’il a la chose publique ou la chose commune comme objet. On pourrait évidemment trouver les traces d’un intérêt commun dans beaucoup d’autres traditions, apparemment hétérogènes, par exemple chez les libéraux écossais. Cela n’est pas sans poser la question de l’éventuelle spécificité d’un intérêt général par rapport aux autres formes de l’intérêt commun, de sa réductibilité ou non à la somme des intérêts particuliers.

La notion d'intérêt général a cependant fait l'objet de critiques, au-delà de la sphère d'influence libérale, et particulièrement dans la tradition marxiste, bien qu'il n'est pas exclu que l'intérêt du prolétariat, comme classe universelle, puisse y tenir lieu d’idéal pour une société ordonnée autour de ce qui prendrait, là encore, la forme d’un intérêt ou d’un bien commun.

L’existence en France d’une pensée de l’Etat comme garant de l’intérêt général, l’importance des services publics et de l’imposition que beaucoup critiquent et considèrent comme une originalité française à promouvoir ou à bannir, semblent plaider dans le sens d’une spécificité voire d’une exceptionnalité française issue, sans doute, de la radicalité révolutionnaire, d’une histoire spécifique des mouvements ouvriers et, plus généralement, du socialisme. Ce colloque, soutenu par la Fondation Jean-Jaurès, reviendra sur l’ensemble de ces questions.

Ce colloque est organisé par le groupe de recherche Philosophie, langages et cognition de l’université Pierre-Mendès-France de Grenoble, avec le soutien de la Fondation Jean-Jaurès, du centre de philosophie politique et juridique de l’université de Cergy-Pontoise, de la Ville de Grenoble et de la communauté d'agglomération Grenoble-Alpes Métropole.

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Voir également à ce sujet : De l'intérêt général

Partager cet article

15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 20:46

Les récentes enquêtes d’opinion indiquent que 80% des citoyens français s’estiment mal informés sur l’Europe et qu’à peine plus de 40% d’entre eux savent que le Parlement européen est élu au suffrage universel direct.

A quelques semaines des élections européennes, le Secrétariat général pour les Affaires européennes (SGAE) en association avec Toute l’Europe, premier portail d’information francophone sur les questions européennes, a produit une animation présentant en moins de 5 minutes les enjeux du scrutin.

Ce format court aborde de façon pédagogique le fonctionnement du Parlement européen et des institutions, ainsi que le rôle des députés.

Le SGAE met à disposition cette vidéo, en ligne dès aujourd’hui, en version complète (5 mn) et courte (1mn30) :

Sur YouTube :

Version longue : https://www.youtube.com/watch?v=JK4j16SguFU

Version courte : http://youtu.be/xWE8Bhp6b7Y

Sur DailyMotion :

Version longue : http://www.dailymotion.com/video/x1mzbxg_elections-europeennes-1-date-1-tour-le-25-mai-2014-version-longue_news

Version courte : http://www.dailymotion.com/video/x1mz5kb_elections-europeennes-1-date-1-tour-le-25-mai-2014-version-courte_news

Le SGAE espère que cette modeste contribution à la campagne web sera utile à une meilleure compréhension des enjeux des élections européennes.

Partager cet article

Published by Arnaud Magnier - dans Elections européennes
commenter cet article
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 18:12

Motifs des sorties de Pôle emploi : un travail dans 43,3% des cas (Dares)

Sur les 451.000 demandeurs d’emploi sortis des listes de Pôle emploi en septembre 2013, 43,3% avaient repris un emploi, selon des données publiées vendredi 11 avril par le ministère du Travail.

Cette part a diminué de 2,3 points par rapport à juin 2013 et de 2,5 points sur un an, souligne la direction des statistiques du ministère.

Parmi les autres demandeurs d’emploi (de catégories A, B et C, incluant les demandeurs d’emploi ayant une activité réduite) sortis des listes en septembre, 18% se sont aussitôt réinscrits, leur sortie correspondant à un problème d’actualisation de leur situation mensuelle (oubli, retard) et 11,9% sont entrés en formation.

Il y a donc 26,8% des demandeurs d’emploi qui tombent dans la précarité et qui ne sont plus comptés dans les listes de Pôle emploi. Soit plus de 120 000 personnes en septembre 2013.

Chaque mois, un grand nombre de chômeurs disparaît des radars de Pôle emploi sans que l’opérateur public ne connaisse le motif réel de leur sortie des listes et sache ce qu’ils sont devenus.

Les services du ministère du Travail mènent donc a posteriori trimestriellement une enquête auprès d’un échantillon représentatif de demandeurs d’emploi pour cerner les motifs exacts de leur sortie des listes.

Parmi les chômeurs ayant retrouvé un emploi, 45,4% ont accédé à un CDI ou un CDD de six mois et plus et 82,7% étaient toujours en emploi trois mois après, soit en décembre 2013.

Source : AFP

Partager cet article

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Connaissez-Vous ... ?

Catégories

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog