Baisse des taux de crédit immobilier en 2016

Les taux d’intérêt baissent de plus belle. Dorénavant, il est possible d’emprunter sous la barre des 2 %. Les taux révisables des offres bancaires s’amenuisent. Ce taux d’intérêt ne peut pas être négatif en France selon la loi. Toutefois, à l’heure actuelle les taux fixes déchoient au plus bas que les révisables ne sont presque plus proposés.

Le crédit immobilier connaît une baisse des taux en 2016

L’incursion des taux d’intérêt se poursuit encore en 2016. La proportion peut perdre des dixièmes de point d’ici peu. Dans la suite de la stratégie agressive adoptée de certaines banques mal positionnées, qu’est l’abaissement significatif des taux immobiliers ; la concurrence aux profils haut de gamme donne dans l’œil l’imposition des taux fixes de 0,95 % sur 10 ans, de 1,30 % sur 15 ans et de 1,45 % sur vingt ans. Certes, lorsqu’il s’agit des taux immobiliers, la norme se décline vers du jamais vu.

L’endettement se réduit au profit des particuliers

Présentement, les investisseurs dans la pierre peuvent réaliser l’affaire du siècle. Se repentir après le recours à l’emprunt est impossible surtout pour les particuliers. Ils ont tout intérêt à renégocier leur prêt immobilier. En termes de scénario fictif, à l’obtention d’un prêt de 200 000 euros à -0,25 % sur 20 ans, un particulier bénéficie d’une somme d’intérêt de 4.979 euros et ne devra acquitter à son créancier que 195 021 euros. Ce n’est pas rien de voir l’endettement des Français se réduire, du moment que les banques ont les reins assez solides pour amoindrir au plus les taux de crédit immobilier.

La vigilance est de mise chez les primo-accédants

Les primo-accédants auront particulièrement du mal à se conformer aux conditions de prêt, pourtant, payer un crédit moins cher peut favoriser quelques mètres en surcroît ou une proximité vers le centre-ville. En fait, ces derniers risquent d’avoir un taux d’endettement dépassant les 33 %, et ne sont pas par moments en mesure d’acquitter 10 % de la somme, en raison des frais supplémentaires (frais de notaire). Sous peine d’être refusée, leur demande doit être adressée au bon établissement financier.

2016 le bon moment pour investir dans l’immobilier

Même si chacun est maître dans son royaume, de telles baisses des taux restent tout de même profitable. Pour tempérer présentement, les tarifs moyens de l’immobilier ne s’apprêtent pas à affluer jusqu’à une spirale ascendante. Donc autant investir dans la pierre. Dans cette ruée vers l’or, les meilleures affaires sont en nombre. Il suffit de bien acheter au meilleur endroit et au bon moment.