21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 09:38

En 2009, seul un Français sur dix et un petit 13 % de catholiques (contre 57 % de pratiquants réguliers) disent croire en la résurrection du Christ (sondage paru dans Pèlerin du 9 avril 2009).

Pour le sociologue Gérard Masson, il s’agit d’une nouvelle démonstration de la contestation postmoderne des dogmatismes religieux et... séculiers. Car, remarque-t-il, l’école laïque et républicaine, elle aussi, est frappée de plein fouet par la relativisation des certitudes. Leur autorité hier indiscutable est désormais contrariée par le pluralisme des cultures et le magistère de l’autodétermination individuelle.

Face à cet ébranlement, le secrétaire général de Confrontations, une association d’intellectuels chrétiens, distingue trois attitudes : celle du fondamentaliste, qui nie toute vérité autre que la sienne ; celle de l’identitaire, qui veut à tout prix préserver sa « pureté » ; celle du « croyant modeste », qui prône le dialogue.

C’est la posture de l’auteur : elle lui semble la plus apte à revivifier sa famille d’esprit menacée de fossilisation, et à œuvrer à la refondation d’un vivre ensemble respectueux des différences.

L’Harmattan, Paris, 2009, 124 pages, 12,50 euros.
   
   

Partager cet article

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Connaissez-Vous ... ?

Catégories

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog