14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 11:17

Cet article reprend quelques éléments d'une intervention de Pierre Moscovici lors du Forum Libération qui s'est tenu à Lyon, en partenariat avec la Fondation Jean Jaurès, le 25 septembre 2010 sur le thème : construction européenne et idéal démocratique ?.

" .../... Plus largement, je l’ai déjà évoqué, c’est avec une véritable « mystique européenne » qu’il nous faut renouer pour redonner corps au projet européen.

Pour s’incarner, ce rêve européen a besoin de grands projets. Je veux ici en citer un deux

Celui de la perspective d’une union franco-allemande. La relance du couple franco-allemand, mis à mal par Sarkozy, est un impératif. Ce moteur indispensable pour l’Union tend de plus en plus à caler. Or, dès lors que l’on admet le principe d’une  » tête de pont  » à l’Union européenne, la France et l’Allemagne sont incontournables. Elles s’imposent par leur légitimité historique, leur poids économique et démographique et, surtout, leur capacité à s’accorder – enfin, avant. La France et l’Allemagne partagent en effet un projet pour l’Europe remarquablement proche et ont développé, depuis 50 ans, des pratiques constantes de dialogue, d’écoute mutuelle et de partenariats. Mais pour retrouver une légitimité et redevenir moteur dans l’Union la France et l’Allemagne doivent faire preuve d’imagination et d’exemplarité : elles doivent respecter les partenaires – y compris les nouveaux et les petits – mais surtout proposer des initiatives concrètes et pas seulement des symboles et des slogans.

L’objectif d’une union franco-allemande est une de ces initiatives ambitieuses et porteuses. Elle pourrait pourtant être génératrice d’idées nouvelles, de démarches plus ambitieuses pour une intégration européenne plus poussée. Surtout, elle me semble susceptible de porter de nouveaux espoirs et un nouvel horizon au sein de la population européenne et de ses partis politiques.

Je suis enfin convaincu qu’il n’existe pas d’approfondissement durable, et donc démocratique, de l’intégration européenne sans l’affirmation de l’objectif d’une forme d’Etat fédéral, c’est-à-dire où la souveraineté s’exerce de manière indépendante de l’appartenance nationale, cela pour les domaines qui le requièrent, et dans le respect du principe de subsidiarité. Le dépassement de la contradiction entre fédéralisme et nation ne peut plus passer par une complexité institutionnelle toujours accrue : une telle approche risque de dissoudre la légitimité démocratique de la construction européenne et les peuples ne sont pas dupes.

Je pense pour ma part qu’un projet fédéral, s’il reste une perspective de long terme, doit continuer d’inspirer les socialistes européens et ré-enchanter un projet d’unification du continent, aujourd’hui confisqué aux peuples d’Europe par la bureaucratie bruxelloise. .../.."

 

Voir l'intervention dans sa totalité sur le blog de Pierre Moscovici : http://www.pierremoscovici.fr/2010/09/27/construction-europeenne-et-ideal-democratique/

 

Voir également :

 * "Le Traité de Lisbonne suffit-il à relancer l'Europe politique?", par Pierre Moscovici 

 * Géopolitique-fiction : Sous la pression de leurs opinions publiques de plus en plus hostiles au projet européen, la France, puis l’Allemagne, décident de quitter l’Union européenne !

 * Traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l'acier, traité CECA

 * Traité de l'Elysée (22 janvier 1963)

 * Quelle signification emporte l'usage des termes "gaulliste" et "gaullien" en 2011 ? - nouvelle édition -

 * Berlin dément vouloir repenser la zone euro, par Mathilde Golla (Le Figaro)



 

 

 

 

 

Partager cet article

commentaires

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Connaissez-Vous ... ?

Catégories

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog