13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 17:50

Depuis plusieurs années l'avenir de la dissuasion française fait l'objet de débats complexes auxquels la très mauvaise santé des finances publiques redonnent une actualité brûlante.

Les travaux menés actuellement par la commission de la Défense nationale de l'Assemblée nationale laissent accroîre qu'un grand chantier national s'ouvre sur ce sujet délicat.

La commission de la défense de l'Assemblée nationale planche en effet sur l'évolution du contexte stratégique et le rôle de la dissuasion nucléaire.   

Patricia Adam, présidente (PS) de la Commission depuis l'élection de François Hollande explique que l'objectif de cette commission est d'aborder la question de la dissuasion « sous tous ses aspects ». Une forme de réponse aux parlementaires, dont les écologistes, qui s'étaient émus que la dissuasion n'ait pas été débattue lors du vote de la loi de programmation militaire 2014-2019.

Jusqu'au mois de mai la Commission défense va recevoir, militaires, industriels, mais aussi diplomates ou opposants de la société civile. Elle en rendra publiquement compte ensuite.

Le retour de la France dans les structures militaires intégrées de l'OTAN, qui fut suivi d'un positionnement novateur du tout jeune président François Hollande à l'égard du projet antimissiles balistiques de cette organisation (ou plus exactement des Etats-Unis), projet qui condamne de facto la dissuasion nucléaire en en entament la crédibilité opérationnelle, annonçaient un tel revirement de la part des autorités politiques françaises en exercice, quand bien même la nouvelle loi de programmation militaire ne le traduit pas - encore - dans les faits.

Mais une loi, comme toutes les lois, peut toujours faire l'objet d'une révision .....

En sommes-nous vraiment là ?

Nous le saurons très vite !

Voir également : La France doit-elle préserver en l'état sa politique de dissuasion nucléaire ? Ma réponse est OUI !

Partager cet article

13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 17:30

Qui ignore aujourd'hui, en France, en Europe ou dans le Monde, que Jean-Yves Le Drian est le ministre français de la Défense, ami proche et loyal de François Hollande, maire de Lorient de 1981 à 1998 et président du Conseil régionale de Bretagne de 2004 à 2012, et devenu en septembre 2010, président de la Conférence des régions périphériques maritimes d'Europe ?

Par contre, beaucoup moins de personnes connaissent Patricia Adam, députée du Finistère, qui préside aujourd'hui le commission de la défense nationale de l'Assemblée nationale, et Gwendal Rouillard, secrétaire de la Commission et député PS du Morbihan/

Ces personnalités politiques bretonnes ont été ainsi placées en capacité de contrôler les débats autour de la politique de défense de la nation.

La Bretagne, qui a fourni tant de marins et de militaires remarquables à la Nation se trouve ainsi en première ligne de la politique de défense de la Nation.

Il fallait remonter à Yvon Bourges du 31 janvier 1975 au 2 octobre 1980 pour trouver un élu breton à un tel niveau ministériel, et à Jean-Michel Boucheron, aujourd'hui conseiller affaires stratégiques et défense du Président, pour trouver un élu breton à la tête de la Commission de la Défense de l'Assemblée nationale (législature 1988 - 1993) ou rapporteur du rapporteur du budget de la Défense (législature 1997-2012).

 

 

 

 

 


Partager cet article

13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 17:23

La commission de la défense de l'Assemblée nationale, qui planche sur l'évolution du contexte stratégique et le rôle de la dissuasion nucléaire a auditionné, mercredi 13 février, les aumôniers militaires en chef des armées.

La démarche est inédite. Il y a trois ans, sous la précédente législature et la présidence du député UMP Guy Tessier, les aumôniers en chef, qui représentent le culte catholique, protestant, juif et musulman dans l'armée, avaient déjà été auditionnés par la Commission défense. Les parlementaires avaient souhaité les entendre sur la place des cultes dans le milieu militaire et en savoir plus sur leurs missions.

Cette fois, le sujet est sorti de leur champ de compétence directe. Patricia Adam, présidente (PS) de la Commission depuis l'élection de François Hollande explique que l'objectif de cette commission est d'aborder la question de la dissuasion « sous tous ses aspects ». Une forme de réponse aux parlementaires, dont les écologistes, qui s'étaient émus que la dissuasion n'ait pas été débattue lors du vote de la loi de programmation militaire 2014-2019.

Jusqu'au mois de mai la Commission défense va recevoir, militaires, industriels, mais aussi diplomates ou opposants de la société civile. Elle en rendra publiquement compte ensuite.

ENTENDRE LA RELIGION À L'ASSEMBLÉE

Les aumôniers militaires avaient leur place dans ce débat, estime Patricia Adam. « Ils sont en contact direct avec ceux qui exercent une mission dans le nucléaire. Parce qu'ils reçoivent beaucoup de paroles, ce sont des témoins précieux. »

Quelques mois après le vote de la loi ouvrant le mariage aux homosexuels, ce genre d'invitation peut aussi servir à faire passer un message ajoute Gwendal Rouillard, secrétaire de la Commission et député PS du Morbihan. « En cette période où les liens peuvent apparaître distendus entre les autorités religieuses et politiques, il était bien de les inviter. »

« L'Assemblée est moins dans le “à bas la calotte” sommaire, et c'est une bonne nouvelle », se réjouit François de Rugy, membre de la Commission défense et co-président du groupe Europe écologie- Les Verts à l'Assemblée.

Car au delà du symbolique, l'enjeu de l'audition était aussi d'en savoir plus sur les arguments des différentes religions. « Le politique n'est pas là pour mettre en oeuvre une morale, mais celle-ci peut éclairer nos choix », ajoute le député « athé ».

 OPPOSITION DE PRINCIPE ET DOCTRINE OFFICIELLE

 D'autant que, les positions des dignitaires religieux rejoignaient celles de son parti. Cette arme qui « tue sans distinction » doit rester « hors-norme » ont rappelé les quatre aumôniers. Cette opposition de principe à la prolifération, va jusqu'à la doctrine officielle pour certains cultes.

Depuis le Concile de Vatican II, en 1965, l'Eglise catholique s'est déclarée contre l'emploi de l'arme nucléaire. Une doctrine édictée au motif que, « tout acte de guerre qui détruit des villes ou des régions entières est un crime contre Dieu et l'Homme lui-même ».

L'Église condamne également tout usage de l'arme nucléaire comme une “menace” a souligné mercredi Mgr Luc Ravel, aumônier en chef du culte catholique. Une position semblable à celle de la Cour de justice internationale, qui ne réfute pas pour autant le principe de la dissuasion.

Si l'Eglise appelle à un « désarmement mondial, multilatéral, progressif et simultané », l'aumônier catholique a affirmé « qu'en l'état du monde d'aujourd'hui, le nucléaire et la dissuasion sont nécessaires. »

Les associations Pax Christie et Justice et Paix (à laquelle sont d'ailleurs associés des protestants), qui prônent un désarment « unilatéral et prophétique » ne sont donc pas sur la même ligne officielle de l'Eglise selon Mgr Ravel.

POSER LA QUESTION DE LA STRATÉGIE DE LA DISSUASION

Chez les protestants, a précisé le pasteur Stéphane Rémy, il n'y a pas non plus d'opinion unique. Mais dans la communauté, la critique à l'encontre de l'arme nucléaire va plus loin. Dès 1983, la Fédération protestante a ainsi exprimé le voeu d'un gel militaire unilatéral.

En 2012, elle avait aussi demandé à ce qu'une réflexion sur la dissuasion nucléaire soit engagée. Le journal protestant Réforme l'a rappelé récemment dans une tribune, qui pose la question de l'utilité stratégique de la dissuasion.

S'il faut discuter de la stratégie de la dissuasion c'est aussi parce qu'elle ne peut rien face au développement du ressentiment et d'un « sentiment de frustration », a souligné Abdelkader Arbi, l'aumônier musulman en faisant référence aux aspirations nucléaires de certains états comme l'Iran.

Source : http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/02/13/pourquoi-auditionner-des-religieux-sur-la-dissuasion-nucleaire_4365950_823448.html#xtor=AL-32280397

Voir également : La France doit-elle préserver en l'état sa politique de dissuasion nucléaire ? Ma réponse est OUI !

Partager cet article

13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 16:18

Les ministres de 12 pays de l'Union européenne ont écrit au commissaire européen à la Santé, Tonio Borg, pour lui demander de ne pas autoriser la culture d'une souche de maïs génétiquement modifiée destinée à la consommation humaine même si ce dernier affirme être légalement astreint à le faire.

Les gouvernements de l'Union européenne ne sont pas parvenus le 11 février dernier à dégager une majorité suffisante pour bloquer l'autorisation de cultiver le maïs transgénique Pioneer TC 1507, fabriqué conjointement par les américains DuPont et Dow Chemical.

La décision d'homologuer ou pas cet OGM revient donc à la Commission européenne, laquelle affirme qu'elle se doit de donner une décision positive.

Dans leur lettre datée du 12 février, et dont Reuters a pris connaissance, les ministres affirment que l'opposition suscitée par cet OGM ne permet pas son homologation de manière démocratique et ils s'interrogent sur l'impact d'un tel dossier à trois mois des élections européennes.

La lettre est signée par les ministres des Affaires étrangères et Affaires européennes d'Autriche, de Bulgarie, de Chypre, de France, de Hongrie, d'Italie, de Lettonie, de Lituanie, du Luxembourg, de Malte, de la Pologne et de Slovénie.

Roger Waite, porte-parole de la Commission, a confirmé que Tonio Borg avait reçu la lettre, ajoutant qu'elle ne fournissait aucun argument nouveau.

Tonio Borg a répondu, a-t-il dit, en rappelant aux ministres que la demande d'homologation du Pioneer 1507 datait de 13 ans, que des scientifiques de l'UE avaient jugé ce maïs sain et que la CE avait l'obligation légale de se prononcer.

En guise de compromis, la CE revoit une proposition laissant aux Etats-membres le libre choix d'autoriser ou d'interdire sa culture.

Les ministres ne s'étaient pas entendus non plus sur cette proposition mais ils la réexamineront sans doute en mars.

De fait, le ministre français de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a déclaré ce jeudi que la France et l'Allemagne proposeraient une nouvelle législation européenne sur les OGM qui permettrait aux Etats de décider sur des critères objectifs d'utiliser ou non ces produits.

Source : Reuters

Voir également : L'épisode "OGM TC 1507" pourrait laisser des traces importantes lors des élections européennes de mai 2014

Partager cet article

13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 13:30

simone weil enracinement

Alain, qui fût son maître, l’appelait la « martienne », ses camarades de Normale « la vierge rouge », la philosophe Marie-Madeleine Davy la qualifie de « prophète ». Quant à Simone de Beauvoir, elle dit d’elle dans ses Mémoires « J’enviais un cœur capable de battre à travers l’univers entier ». Syndicaliste, chrétienne, mystique, pour tous ses contemporains, Simone Weil demeure un être à part, « archangélique » et mystérieux, sorte de cerveau monté directement sur cœur, d’une capacité intellectuelle hors du commun, dénuée de tout cynisme et vouée sans conditions à un seule cause : la vérité.

L’Enracinement, son œuvre la plus achevée, essai politique d’une lucidité vertigineuse, est republié chez Gallimard, dans le cadre d’une parution des œuvres complètes entamée en 1988. Terminé en 1943, quelques semaines avant sa mort, on le considère comme son « testament spirituel ». C’est aussi un des écrits politiques les plus saisissants du XXème siècle, dimension que s’attache à mettre en valeur l’édition admirablement annotée par Patrice Rolland et Robert Chenavier.

Dans cet essai écrit dans une langue lumineuse, illustré par un art de la métaphore limpide, Simone Weil met le doigt dans la plaie de notre époque : le déracinement, cause principale selon elle, de la débâcle de 40. Mais, n’en déplaise aux néo-barrésiens adeptes de théories remplacistes, ici les racines ne sont pas celles de l’arbre de Monsieur Taine, où se mélangent la terre et le sang, mais plutôt des racines spirituelles et culturelles. Et le déracinement est moins dû à des logiques de métissage qu’à la technicisation progressive du monde et la bureaucratisation jacobine du « monstre froid » étatique.

L’histoire pour Simone Weil, loin d’être linéaire, est plutôt un océan de mensonges écrits par les vainqueurs où surnagent de temps à autres des « ilots de vérités », trésors égarés de l’âme humaine qu’il s’agit de retrouver.

Guérie du patriotisme par le Traité de Versailles (« les humiliations infligées par mon pays me sont plus douloureuses que celles qu’il peut subir »), Simone Weil y sera ramené par le danger et se rangera de tout son cœur du coté du « pouvoir spirituel » de la France libre.

Dès lors, pas question de jeter le bébé du patriotisme avec l’eau sale du pétainisme. La défaite nous oblige à « changer notre manière d’aimer la patrie ». Il ne s’agira plus d’un amour nationaliste, maurrassien, pour une France éternelle fondée sur une fausse grandeur, mais d’un « sentiment de tendresse pour une chose belle, fragile et périssable ». Il faut aimer la France, non pas avec le goût nostalgique des splendeurs révolues, mais avec la tendre sollicitude qu’on a pour ce qui est en danger.

La patrie, loin d’être un absolu fantasmé, est une chose temporelle et terrestre, un moyen parmi d’autres (le syndicat, la corporation, la région) qui permet d’atteindre ce  « besoin le plus important et le plus méconnu de l’âme humaine » qu’est l’enracinement.

Chez cette penseuse systémique, la critique politique ne fait qu’un avec la critique sociale. Ainsi, si l’enracinement passe par l’attachement à la patrie, c’est le travail qui sera le lieu fondamental de notre participation au monde.  Dans sa critique d’un cycle travailler-manger, propre aux temps modernes où l’accroissement est la seule finalité reconnue par le libéralisme, Simone Weil veut redonner toute sa valeur au travail et pense que la grande vocation de notre époque, et son unique rédemption, doit être « la constitution d’une civilisation fondée sur la spiritualité du travail ».

Chrétienne refusant l’Eglise, syndicaliste opposée à la révolution, antimoderne sans être réactionnaire, Simone Weil est une véritable funambule de la pensée, qui nous déroute et nous émerveille à chaque ligne. Une pensée intransigeante et fulgurante qui doit transpercer notre modernité comme un glaive plongé dans un cadavre vérifie s’il est bien mort, pour préparer sa résurrection. Camus lui-même écrivait: « Il paraît impossible d’imaginer pour l’Europe une renaissance qui ne tienne pas compte des exigences que Simone Weil a définies ».

Comme le décrit subtilement Robert Chenavier dans l’avant-propos qu’il consacre à l’ouvrage, L’Enracinement est le Timée de notre temps, le « livre du philosophe qui retourne dans la caverne », et vient distribuer le pain de la vérité aux mortels. On connaît le sort qu’il advint au philosophe qui est retourné parler aux hommes dans le mythe de Platon « ceux-ci, incapables d’imaginer ce qui lui est arrivé, le recevront très mal et refuseront de le croire : ne le tueront-ils pas ? ». Simone Weil, elle, mourra- ou se laissera mourir- de cette indifférence des hommes à la vérité. On peut lire dans son dernier cahier ses derniers mots poignants, pleine d’une amère lucidité dont seul sont capables les authentiques génies : « Silence de la petite fille dans Grimm qui sauve les 7 cygnes ses frères. Silence du juste d’Isaïe « Injurié, maltraité, il n’ouvrait pas la bouche ».  Silence du Christ. Une sorte de convention divine, un pacte de Dieu avec lui-même condamne ici bas la vérité au silence ».

Nul n’est prophète en son pays.

Simone Weil, Oeuvres complètes tome V, vol.2, L’Enracinement, Gallimard, décembre 2013.

Source : http://www.causeur.fr/simone-weil-prophete-pour-notre-temps,26164#

À lire aussi : Simone Weil, Chantal Delsol (dir.), Cerf, 2009.

Voir également : Connaissez-vous Simone Weil ?

Partager cet article

13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 12:30

« Servir la France » ! 

Qu’est-ce que cela peut bien signifier aujourd’hui ?

Si l’histoire de ce Pays est riche en illustration de ce que le service de la France a pu recouvrir comme variétés de ressorts et de déterminants, rares sont devenues les occasions de prendre le pleine mesure de ce qu’emporte comme aspirations, comme principes, comme règles d’engagement, comme mobiles véritables une notion qui apparaît si souvent désuète à de nombreux Français et de Françaises, tant les assauts décomplexés contre ce qu’incarne la France, son Etat et sa fonction publique, ses intérêts patrimoniaux, n’ont cessé de se multiplier ici où là au nom d’une prétendue modernité libérale et d’une globalisation parées de toutes les vertus !

Pourtant, les commémorations nationales comme une actualité brûlante nous rappellent à la réalité des contraintes et des souffrances qu’ont emportées jadis , qu’emportent encore et qu’emporteront inéluctablement, parfois, le service de la France, des Françaises et des Françaises ! Enseignants, personnels des administrations centrales, personnels des organes déconcentrés de l'Etat, personnels des collectivités locales et territoriales, médecins hospitaliers, personnels des hopitaux publics, militaires, policiers, pompiers, diplomates, et bien d’autres catégories d’agents de l’Etat agissent quotidiennement au service de l’Etat, parfois au péril de leur vie !

Mais « Servir la France » ne se réduit pas au seul service de l’Etat et de ses collectivités territoriales ! Ni au service des seuls intérêts de ces derniers tant l'intérêt national les transcende (cf. notamment à cet égard De la définition et de la défense des intérêts nationaux (nouvelle édition) ), notamment eu égard au fait qu'il constitue une part de l'intérêt européen tout en s'en nourissant en y puisant sa substance et ses exigences (cf. à cet égard PENSER L'INTERET EUROPEEN : Du compromis entre intérêts nationaux à l’intérêt général européen ).

Car toutes celles et tous ceux qui agissent au quotidien, que ce soit dans le cadre de leurs activités professionnelles, de leurs engagements associatifs et/ou de manière bénévole, pour promouvoir, préserver et développer ses patrimoines les plus divers (culturels, politiques, sociaux, économiques, industriels, agricoles, scientifiques, technologiques, touristiques, etc..) concourent au service de la France, de sa Nation, de sa Patrie, de son économie, et de la protection de ses citoyens (cf. Les Français demandent que l'Europe les protège ! Mais que veulent-ils vraiment qu'elle protège ? - nouvelle édition -  ainsi que  Redonnons force et espoir aux Européens en construisant une Europe qui les protège ! - sixième partie - ) !

 « Servir la France » requiert tout d’abord d’être habité par une volonté de servir l’Autre, plutôt que par celle de se servir de l’Autre ! En donnant corps, vie et force à un contrat social voulu, décidé et partagé par tous (cf. Du contrat social (Jean-Jacques Rousseau) )

Or la déconstruction des valeurs de solidarité et de partage profondément ancrées dans le message universaliste des Lumières qu’a exigée le passage à une société de consommation où le prendre, l’avoir, le jouir, le matériel et l’ego dominent le produire, le partager, le prodiguer, le spirituel, l’être et l’alter ego ont peu à peu concouru à transformer le sens que l’on donne au concept de « service » : le service constitue désormais un bien échangeable, marchandisable, tangible ou intangible, que l’on cherche à s’approprier ou dont on cherche à jouir, même quand on lui attribue et/ou qu’on lui reconnaît une fonction d’intérêt général, a fortiori lorsqu’on lui reconnaît une fonction d’intérêt économique général. On établit des directives sur les services, on négocie un service !

 « Servir la France » requiert ensuite de disposer d’une conception précise de ce que la Nation, la Patrie, l’Histoire, la Géographie, la Culture, l’Etat, le Peuple ont de si spécifique en France en même temps que de ce qu’ils ont aussi de partageable avec ce qui n’est pas constitutif de la France ; et partant, que l’on sache en identifier la singularité des contours, des reliefs autant que de son essence même !

 « Servir la France » requiert enfin de vouloir la servir de manière résolue ! Avec loyauté ! Et parfois, avec audace ! Sans faire du mensonge un principe de fonctionnement ou de gouvernement (cf. "La vérité si j'mens" : un programme qui ne fait recette nulle part ! ; La transgression chez les agents publics confrontée au loyalisme présidentiel, par Michel Reydellet ou encore "Dix stratégies de manipulation" (de masses), de Noam Chomsky). En s'employant sans cesse à honorer, en conscience et en responsabilité, ses engagements vis-à-vis du Peuple de France autant que ceux contractés aux niveaux européen, multilatéral et international ! Vaste programme !

Vouloir « Servir la France » implique que l’on aime la France et ses singularités les plus essentielles, comme on aime son alter ego ! Au point de vouloir s’y identifier, l’incarner, la représenter, la servir dans la mesure de ses talents, et dans le respect le plus absolu de ce qu’elle est et de ce qu’elle représente, y compris en y sacrifiant sa vie si les circonstances l’exigeaient.

Vouloir « Servir la France » implique que l'on respecte les Françaises et les Français dans la diversité de leurs origines, de leurs cultures, de leurs élans, de leurs engagements, de leurs aspirations ! 

Et que l’on respecte ceux qui ne sont ni Français ni Françaises, en leur reconnaissant les mêmes droits et les mêmes libertés partout où la France entend faire entendre et faire vivre son message universel !

A commencer sur le sol de France (cf. notamment à cet égard Xénophobie, Racisme, Antisémitisme, Islamophobie : Prenons garde ! - nouvelle édition - ainsi que Le Conseil constitutionnel "décristallise" les pensions des anciens ressortissants des ex-colonies ) ! 

Enfin, « Aimer la France », c’est aussi pouvoir en rire et en sourire ! Ne nous en privons pas !

 

La France vue par La France vue par

 

"Ce n'est pas mon boulot !" ou De l'irresponsabilité collective !

 

Un homme politique considère la prochaine élection ! Un homme d'état considère la prochaine génération ! (Winston Churchill)

 

  "Nous avons besoin d’hommes capables d’imaginer ce qui n’a jamais existé "

 

« Vous ne sauriez croire avec quelle facilité l’impossible se fait dès qu’il est nécessaire » (Anatole France)

 

"L'action réelle s'accomplit dans les moments de silence" (Ralph Waldo Emerson)

 

"Il est grand temps de rallumer les étoiles."

 

Voir également sur ce blog :

 * Qu'est-ce que l'Ethique ?

 * Servir !   

 * La haute trahison dans le droit français  

 

 

Partager cet article

13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 12:25

Viens le dire ici si t’es un homme

Chez Causeur, vous savez causer. Vous maniez la rhétorique avec un art consommé. Vous accuse-t-on, souverainistes que vous êtes, d’être dogmatiques, d’avoir la religion de l’État-nation, de croupir dans une nostalgie moisie ? Vous retournez ces flèches, une par une.

En couverture du magazine de janvier, vous affichez un pragmatisme de bon aloi (« Et si on essayait la France ? ») ; puis, dans un éditorial habile, vous comparez les pro-européens aux « croyants » d’une « secte » ; le plus fort, c’est ce titre, « Le réveil de l’Europe moisie » : beau retour à l’envoyeur d’un mot qui vous colle aux basques depuis la célèbre tribune de Philippe Sollers1 dans laquelle l’écrivain fustigeait nos pulsions xénophobes et cocardières.

À vous lire, c’est donc l’idée européenne qui serait finie, moisie, morte.

[...]

  1. « La France moisie », Le Monde, 28 janvier 1999.
Pour la suite de cet article : http://www.causeur.fr/souverainisme-ue-france,26218#

Pascal Riché est directeur de la rédaction de Rue89,

Partager cet article

13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 12:02

Tous les catés ne sont pas cathos

Tu ne diras point que les vertus pédagogiques d’un livre intitulé Tous à poil, distribué aux enfants, t’échappent totalement. Et encore moins que cela te parait suspect. Marisol Touraine t’opposera que c’est de l’hystérisation de débat public, sans intérêt. Car « ce n’est pas par le retour à l’ordre moral que la droite clarifiera ses positions… Nous avons besoin que la droite dise clairement qu’elle est en faveur de l’égalité ». En d’autres termes, ne pas adhérer, c’est déjà pécher.

Tu ne diras point qu’un ministre de l’Intérieur doit s’occuper en priorité des questions de sécurité, protéger les citoyens contre des dangers réels et avérés  et non trouver mille autres problématiques afin d’exister sur tous les fronts. C’est faire bien peu de cas du problème fondamental de la France qu’est le racisme. Si tu ne comprends pas cela, tu n’es pas digne de t’exprimer.

Tu ne diras point que la Manif pour tous est un mouvement populaire et pacifique qui cherche simplement  à exprimer une voix existante et à alerter sur le caractère expérimental dangereux des lois sociétales en cours. Car la réalité est toute autre. C’est une bande d’hystériques obscurantistes et incontrôlables, maquée avec le Front national, qui rappelle les pires heures de la IIIe république.

Tu ne diras point que le Président et son gouvernement doivent incarner une certaine exemplarité, dans leur comportement public comme privé. C’est dangereusement has been. Le Président est un petit bonhomme so normal, dont les turpitudes ne regardent que lui. Après tout, tu n’as jamais trompé personne, toi ? Alors qui es-tu pour donner des leçons ?

Tu ne diras point que tu t’inquiètes d’une dette galopante, du délaissement de la France par les investisseurs étrangers, de la chute de résultats de l’école de la République. Tu es un Cassandre, un catastrophiste, un défaitiste et à ce titre, te laisser t’exprimer est dangereux. Tu risques de saper le moral de tous ceux qui voient à la France un avenir radieux.

Tu ne diras point que les Suisses ont peut-être exprimé un point de vue digne d’intérêt dans leur votation de dimanche dernier. Ils ont fait preuve d’un odieux repli sur eux-mêmes qui ne correspond en rien aux valeurs de notre république ouverte à tous. C’est une décision inquiétante.

Tu ne diras point que tu doutes des capacités du gouvernement à changer de cap aujourd’hui. 1) il ne change pas de cap, il s’inscrit dans la continuité de ce qu’il fait depuis 20 mois avec les succès que l’on sait. 2). Et comme ce qu’il a entrepris jusqu’ici a fait ses preuves, continuer va dans la bonne direction.

Tu ne diras point que tu souhaites décider en privé de la répartition des tâches dans ta famille, de l’éducation que tu veux donner à tes enfants, des valeurs que tu désires leur transmettre. Tu te trompes. C’est le rôle de l’école de sociabiliser les enfants, de leur apprendre à vivre en communauté et de leur transmettre les valeurs de la république. Si tu n’es pas d’accord avec cela, tu es un dangereux ennemi de la république.

Tu ne diras point que tu déplores l’image que donne la France à l’étranger. Que lire à longueur de journaux tout le mal que pensent les autres pays de notre Président te heurte. La France est le gendarme du monde, elle est sur tous les fronts –traque toutes les formes de totalitarisme- et bénéficie d’une excellente image en matière de relations internationales. Celui qui n’a pas vu cela est un aveugle… pardon, un malvoyant.

Tu ne diras point que les hausses d’impôts concernent trop souvent  les familles, que d’autres catégories pourraient être mises à contribution et que tout cela te paraît un peu à sens unique. Tu vois le mal partout et d’ailleurs si tu te sens lésé c’est que tu paies des impôts, donc que tu gagnes de l’argent et cela aussi c’est une offense à tes concitoyens.

Tu boiras le catéchisme socialiste, tu admettras, tu te tairas et tu seras alors citoyen fréquentable… dans la démocratie du « faire France ». C’est clair ?

Source : http://www.causeur.fr/valls-hollande-manif-pour-tous,26207

Partager cet article

13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 10:57

Le Grand Orient Arabe Œcuménique (G.O.A.O.) est né fin 2010.

Historiquement et spirituellement fille du Grand Orient Arabe qui voit le jour en 1950 au Liban, l’obédience hérite donc d’un lien fort avec une terre où cohabitent, parfois difficilement, toutes les tendances du Christianisme, du Judaïsme et de l’Islam. L’équilibre fragile qui se bâtit entre les différentes cultures repose alors sur un nouveau rite dit Œcuménique, qui sans renier le travail de ses pères fondateurs qui sert de matière première (de « pierre brute » disent les maçons), fait le lien entre l’Orient et l’Occident ; entre les trois religions abrahamiques que sont le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam. Ce lien est d'ailleurs si substantiel, si fort, que l'on constate rapidement que le G.O.A.O. tente de dupliquer dans les pays arabes ce qui, finalement, fonctionne déjà au Liban. Ce dernier s'en différencie naturellement par ses outils, des rituels mieux adaptés aux différentes configurations géopolitiques puisqu'ils constituent la raison même de son existence. C'est pourquoi très vite une fusion entre les deux obédiences, la mère et la fille spirituelle, est décidée en décembre 2010.Le G.O.A.O. bénéficiant de la structure déjà ancienne du Grand Orient Arabe, et ce dernier héritant des Rituels Œcuméniques.Le G.O.A.O tente dans ce cadre, de placer la fraternité non pas au-dessus des confessions mais au-delà, rappelant que la laïcité qui la structure qui n'est pas une forme d'athéisme et que, naturellement comme souvent en maçonnerie, la religion et la politique restent aux portes de la loge comme propriétés du monde profane. Pour autant, très traditionnel, le Grand Orient Arabe Œcuménique qui est mixte et a pour devise " Liberté, Egalité, et Fraternité", travaille à la Gloire du Grand Architecte de l'Univers". Les "Obligations des maçons" sont donc prêtées sous les "trois Lumières",à savoir l'équerre,le compas et le Livre de la Loi sacrée dont le choix est naturellement laissé à l'initié: l'Ancien Testament (la Thora), l'Evangile selon saint Jean ou bien le Coran.

Un nouveau Rite: le Rite Œcuménique (Judéo-Chrétien,Musulman) :

 

Le Phénix est l'oiseau fabuleux qui tisse le lien entre l'Orient et l'Occident, comme entre le monde d'en-haut et le monde d'en bas. Il représente le symbole du Grand Orient Arabe Œcuménique (G.O.A.O.) .

Il est un constat désolant pour des adeptes d'une fraternité universelle, c'est que peu de Français,ou d'Européens, de confession musulmane fréquentent les loges maçonniques, toutes obédiences confondues. Il y a, d’après nous, trois raisons principales a cela : La première est relative à l’idée qui a véhiculée assez longtemps et héritée du 19e siècle au temps de « l’Affaire Dreyfus » qui est celle du « Complot Judéo-Maçonnique ». Cette idée soutenue encore par une certaine catégorie de gens consiste à faire attribuer aux juifs et aux francs-maçons tous les maux de notre société : immigration incontrôlée, pertes des valeurs morales, délinquences etc.. Dans ce schéma, le juif serait à l’origine de la délinquence morale en introduisant dans la politique cette tendance de « cosmopolitisme » et le franc-maçon, quant à lui, ourdirait dans la pénombre des loges, un complot permanent contre la République. La seconde est liée à la création de l’Etat d’Israël. Là, la franc-maçonnerie est taxée d’être sioniste ayant des racines juives. Les intégristes musulmans n’hésitent pas, d’ailleurs, à la montrer comme anti-islamique en disant que c’est « une institution juive et sioniste qui glorifie le judaïsme ». La troisième, et la principale à nos yeux, c’est les rituels pratiqués dans les loges . En effet ces rituels rappelent pour la plupart d’entre eux les histoires bibliques, le Talmud et la Kabbale. Ce qui fait dire à certains que la « franc-maçonnerie est l’enfant du judaïsme ». En effet, la tradition biblique et hébraïque est très présente en loges, et ce qui ne manque pas de frapper le nouvel apprenti, c’est l’abondance des mots hébreux et des références à l’Ancien Testament, comme par exemple, le personnage d’Hiram qui est tiré de la Bible ; les décors des loges qui ont des évocations bibliques ; les deux colonnes à l’entrée de la loge (Yakin et Boaz) sont des répliques des colonnes du temple de Salomon, etc… On trouve aussi les mêmes préoccupations bibliques au cours des « planches » (travaux) dans les loges. Ces travaux donnent lieu, comme on le sait, à de subtils débats. Il y va de même pour le nom de certaines loges, qui ont bien souvent une consonnance biblique : « Fraternité de Salomon », « l’Arche d’Alliance », « la Nouvelle Jérusalem » etc.. Tout cela provient de l’influence protestante du Pasteur Anderson, le fondateur de la Constitution de la franc-maçonnerie moderne. Anderson était fasciné par l’hébreu et a transmis ses références bibliques à la franc-maçonnerie. Le goût du symbole, la multiplicité des mots hébreux, sont autant de caractéristiques héritées du protestantisme et de l’influence du judaïsme sur cette dernière. Quant à l’influence Chrétienne, elle aussi détient une grande place dans les différents rituels surtout dans les hauts grades. 
Rien ne vient donc conforter le regard du musulman, ou tisser un lien avec son passé, son histoire sociale et religieuse.
Le Rite Œcuménique imaginé par le  Grand Maître Mondial du Grand Orient Arabe Œcuménique (G.O.A.O.) Jean-Marc ARACTINGI, loin de renier ses origines, se fonde sur le Rite Ecossais Ancien et Accepté dont il conserve toute l'architecture mais s'inspire de l'ancienne maçonnerie musulmane opérative, au même titre que des branches initiatiques de l'Islam ( Soufis, Druzes et Ismaéliens).Il fait toujours appel aux symboles et références communs au judéo-christianisme, mais emprunte également à la symbolique musulmane ( comme, par exemple, des signes de reconnaissance, une symbolique des couleurs ou du voyage initiatique du Prophète ). 
Il est évident que pour Jean-Marc ARACTINGI qui a imaginé ce Rite , il ne s'agit pas de "greffer" uniquement un élément oriental sur une franc-maçonnerie de forme initiatique occidentale.
Ainsi dans les "ARCANES" du Rite Œcuménique ( non encore publiées) , l'organisation initiatique des différents degrés ne sont pas "un mélange de formes traditionnelles" mais un corpus herméneutique bien structuré et cohérent autour des mythes, rituels et de la symbolique du REAA et de celles des "Battiniyins"( Soufis,Ismaéliens, Druzes,Alaouites..).

Le Rite Œcuménique est composé de 7 Degrés:

-  Le 1° degré ( Apprenti/Mubtad'i ) est l'équivalent du 1° degré du REAA
-  Le 2° degré ( Compagnon/ Mouqadem) est l'équivalent du 2° degré du REAA
-  Le 3° degré ( Maître/Nassib) est l'équivalent du 3° degré du REAA
-  Le 4° degré ( Maître Secret/Saïs)= Vénérable) est l'équivalent du 4° degré du REAA

Ces 4 premiers degrés permettent aux FF:. et SS:. de pouvoir " Voyager " dans d'autres Obédiences avec la même équivalence.

Les 3 derniers degrés du Rite Œcuménique sont les "ARCANES" du Rite et se structurent de la façon suivante:

-  Le 5° degré ( Chevalier Rose-Croix/Naqib) est l'équivalent du 18°degré du REAA
-  Le 6° degré ( Chevalier Kadosch/Cheikh Aql) est l'équivalent du 30°degré du REAA
-  Le 7° degré ( Souverain Grand Inspecteur Général/ Kabrit el Ahmar) est l'équivalent au 33° degré du REAA

Le Grand Maître Mondial est le Grand Commandeur / Al QUTB Al A'Azam. 

Un nouveau concept, le degré Zéro d'Aspirant/Mourid. Ce degré s'adresse aux postulants en provenance de pays où la franc-maçonnerie est interdite ou mal tolérée.


Ce statut étant nouveau en Occident, il nécessite ici un descriptif assez étendu. C'est un peu le cheval de Troie de cette fraternité maçonnique qui veut que les lumières qui se tiennent à l'Orient puissent également se tenir en Orient. Un cheval de Trois bien innocent puisqu'il s'affiche au grand jour, et repose sur les progrès technologiques importants qui sont apparus au cours de ces dernières décennies.
Internet , par exemple, représente le moyen de communication et de connaissance le plus largementpartagé dans ces pays qui restreignent la forme d'expression maçonnique. C'est pourquoi, pour la première fois et par l'intermédiaire de cette technologie, il a semblé indispensable d'entrouvrir les portes de la maçonnerie dans sa conception universelle eŒcuménique , c'est-à-dire détachée de toute idée religieuse et plus encore de toute notion de salut ou de sécularisation.

On constate depuis longtemps que la connaissance de la symbolique maçonnique, de ses récits fondateurs ou non, comme de ses mythes et de ses rituels, n'est plus un secret pour toute personne sachant lire et consulter quelques uns des milliers de livres ou de sites Web sur le sujet. Tout y est dit, décrit, expliqué voire imagé ou filmé.

Le G.O.A.O. se propose donc par la voie d'internet de soutenir tout candidat ou candidate sur le chemin de l'initiation, en le guidant, en l'aidant à faire le tri entre le bon grain et l'ivraie, à partir du moment où il réside dans l'un de ces pays contraints.

Il s'agit bien ici de "savoir", de compréhension "intellectuelle" de la maçonnerie car, répétons-le, toute forme d'initiation " à distance " ne peut qu'être qu'un leurre. 
L'initiation telle qu'elle est conçue en maçonnerie ne peut-être vécue qu'entourée de frères ( et de soeurs ) travaillant ensembles à sa réussite. 
comme nous l'exprimions, c'est une oeuvre nécessairement collective au profit d'un seul, une expérience sur soi qu'aucun savoir ne saurait remplacé.

Par comparaison avec le maçon régulier d'un pays libre, les devoirs et obligations attachés au statut d'Aspirant sont identiques. Il résulte notamment que tous les travaux habituels, qui vont du Testament philosophique aux "planches" ( appellation des exposés faits dans ce cadre ) qui sont normalement demandés en "loges bleues" ( qui couvrent les trois premiers grades ), sont nécessaires.
Pour cela , l'Aspirant est rattaché à une Loge d'adoption du pays de son choix, chaque fois que cela est possible. Il est attribué au nouveau venu un Maître parrain ( marraine ) qui appartient préférentiellement de cette Loge d'adoption, loge dans laquelle le parrain lira pour l'Aspirant les travaux réalisés. Il assurera en retour les commentaires des Frères et des Soeurs à l'auteur de la planche ( du travail ), ainsi que leurs questions, autant que le permet la communication.
L'Obédience assure à l'Aspirant la régularisation de son grade par l'initiation correspondante, dès que l'occasion se présente, lors d'un voyage d'affaires ou de tourisme de l'Aspirant par exemple, dans un des pays concernés. Ceci se faisant de préférence dans sa loge d'adoption, sous le regard attentif de son parrain ou de sa marraine. 


La Symbolique des Couleurs au Rite Œcuménique 



Cette symbolique est développée dans les "ARCANES " du Rite au 3 derniers degrés.
Pour exemple elle s'articule aussi bien sur la symbolique des couleurs chez les druzes et chez les francs-maçons pratiquant le REAA que sur les autres "Batinniyin's.

 Exemple des Druzes:

La symbolique des couleurs est très présente dans la société druze. 
Les Cent Onze Lettres de la Sagesse sont souvent écrites en couleur.
Les cinq points rouges caractérisent les Cinq grands Ministres de la hiérarchie unitaire. Ces Cinq grands Ministres sont associés à une couleur :

  • Hamza (l’Intelligence) est associé au vert,
  • Tamimi (l’Ame) est associé au rouge,
  • Qurachi (la Parole) est associé au jaune,
  • Samurri (le Précédent) est associé au bleu,
  • Bahâ el Din (le Suivant) et associé au blanc.

Les points noirs désignent les mauvais ministres des fausses religions.

Les Cinq couleurs qui symbolisent respectivement les hypostases de la pentade se retrouvent dans le drapeau Druze (un triangle vert sur le bord gauche et  quatre bandes, rouge, jaune, bleue et blanche), ou encore dans les tissus qui enveloppent les catafalques des saints dans leurs tombeaux établissant une hiérarchie formelle entre eux.

C’est là un principe d’arcane permettant de reconnaître chacune des figures de la Pentade, si elle venait à se manifester : la couleur des vêtements permettrait de les identifier et de connaître leur rang dans la hiérarchie.

Chez les Druzes les couleurs traduisent donc ce que le corps renvoie de lumière quelque soit la perspective où l’on se situe. Qu’il s’agisse du corps, de l’âme ou de l’esprit, les couleurs sont toujours censées rendre compte de l’énergie contenue.

Si l’on part du Noir, on considère qu’il faut voir dans cette couleur l’énergie traduite en matière activable. Autrement dit, cette matière correspond à la fois à ce qui est le plus pauvre en lumière, mais aussi à ce qui est manipulable assez aisément.
Ceci est cohérent avec l’idée que le Noir traduit aussi bien la matière dans la forme la plus primitive et l’action que l’on peut exercer sur elle dans le monde matériel.

Le Rouge exprime l’énergie en soi, comme l’énergie constituait un objet indépendant de celui qui l’exprime. En revanche, si cette énergie et considérée comme vue de l’homme on la traduira symboliquement par du Jaune à l’image du Soleil qui symbolise bien l’énergie qui compte pour l’homme terrestre.

Le Bleu et le Blanc sont deux couleurs qui ont à voir avec l’esprit, c'est-à-dire avec ce que l’on nomme parfois la lumière la plus immatérielle ou encore l’énergie la plus primordiale et la plus insaisissable.
Dans cette perspective, il est facile d’évoquer le Blanc dont on dit, de manière banale, qu’il est la somme de toutes les couleurs : la couleur blanche unit l’ensemble des unitaires à Bahâ el Din.
Par ailleurs, le Bleu exprime la profondeur, ce qui revient à dire qu’il s’agit de l’Esprit vu du dedans de l’homme. Comment ne pas l’évoquer par méditation ?
L’homme se tourne vers lui-même pour reconnaître l’esprit dont il est porteur et qui peut véritablement l’illuminer.

L’énergie spirituelle, le dynamisme intérieur et la paix sereine peuvent alors aisément cohabiter par une alchimie qui marque la richesse de la vie.
Il reste maintenant à considérer la dernière couleur, celle qui est associée à l’Imam Hamza et qui va jouer un rôle capital : le Vert.

On ne saurait mieux la définir qu’en lui rapportant ce que les alchimistes appelaient l’eau mercurielle.
C’est que le Vert traduit ce qui est transitoire comme les changements de formes, et il assure le lien entre eux.
Sans elle, nous ne saurions traduire la dynamique d’une organisation.
En Franc-maçonnerie, on trouve la symbolique des couleurs dans tous les rites spécialement dans les trente trois degrés du Rite Ecossais Ancien et Accepté.

C’est ainsi qu’au troisième degré celui de Maître, le tablier est blanc et bordé de rouge (Au Grand Orient, au Rite Français le tablier est blanc avec une bordure bleue).

Le cordon est bleu et bordé de rouge.
Par rapport aux deux premiers degrés (Apprenti et Compagnon) où l’on se mouvait dans un environnement énergétique et spirituel (tablier blanc) sans qu’on n’ait symboliquement beaucoup de prise dessus autrement qu’en agissant, une différentiation s’opère au troisième.

Le Maître Maçon commence à intérioriser tout cela. Il commence à se spiritualiser et à appréhender l’esprit du dedans comme l’indique la référence au bleu
Ainsi, pour construire son milieu, le Maître Maçon fait cohabiter sur son cordon l’esprit (Bleu) avec l’énergie extériorisée (Rouge) et l’esprit extériorisé (Blanc).
Le Vert apparaît pour la première fois avec le cinquième degré : le Maître Parfait. Il indique une zone d’interface. Le Vert est donc triomphe du ternaire dans tout ce qui est réalisé. C’est le rappel à l’ordre.

Les différentes couleurs de la symbolique Druze nous les trouvons en Franc-Maçonnerie au trentième degré : le chevalier Kaddosch. Ce degré est celui avec lequel s’achève l’initiation Maçonnique.

Dans son voyage « en Orient », Gérard de Nerval, comparait le Cheikh Aql druze au chevalier Kaddosch. Quant à la loge du trentième degré, elle est ornée de cinq couleurs : Blanche, Bleue, Rouge et le Jaune apparaît dans les trois bougies. Derrière le trône sont les étendards de l’ordre avec deux bandes croisées vertes.

En effet, la couleur verte tient aussi bien chez les Druzes que chez les Francs-Maçons une place importante.

Chez les Druzes, elle est associée à l’intelligence incarnée par le fondateur du Druzisme Hamza Ibm Ali appelé « le Maître du Temps » (Qâ’im al Zaman).

Chez les Francs-Maçons la présence du vert dans certains degrés et pas dans d’autres, laisse penser que l’initiation écossaise constitue une marche de l’homme vers plus de vérité.

Autrement dit, ces degrés se déroulaient selon une spirale ascendante et chaque passage par le vert correspondrait alors à l’accès à une nouvelle spirale (ces spirales correspondraient aux dix cycles des Druzes).

Le Vert est la couleur de l’émeraude. Pour mieux comprendre son importance, il est bon de se référer aux textes de la Table d’Emeraude très connue des disciples d’Hermès trimegiste tels que les Francs-Maçons et les Unitaires (Druzes) :

« Il est vrai, sans mensonge, certain et véritable, ce qui est en bas comme ce qui est en haut et ce qui est en haut comme ce qui est en bas ; par ces choses sont et proviennent d’un, par la méditation d’un, ainsi toutes les choses sont nées de cette chose unique par adaptation ».

« Le soleil est le père et la lune la mère. Le vent l’a porté dans son ventre. La terre est sa nourrice et son réceptacle.
Le père de tout Thélème (substance primitive de laquelle toute chose a été formée et qui d’après Hermès Trimegiste est à la fois Ciel et Terre : subtil et fixe) du monde universel est ici. Sa force ou sa puissance reste entière, si elle est convertie en Terre.

Tu sépareras la Terre du Feu, le subtil de l’épais doucement, avec grande industrie. Il monte de la Terre et descend du Ciel, et reçoit la force des choses supérieures et des choses inférieures.

Tu auras par ce moyen la gloire du monde, forte de toute force, car elle vaincra toute chose subtile et pénétrera toute chose solide.

Ainsi, le monde a été créé. De cela sortiront d’admirables adaptations desquelles le moyen est ici donné ».

« C’est pourquoi j’ai été appelé Hermès Trimegiste ayant les trois parties de la philosophie universelle ».

« Ce que je dis de l’œuvre solaire est complet ».

Inspiré par la Table d’Emeraude, un traité anonyme Mukhtassar al Bayàn  développe la cosmologie Druze :

« La Matière (Hylè) constitue la source de tout ce qui est sensible. Elle provient de cinq Ministres et par conséquent, elle est foncièrement bonne.

Par son mouvement, elle forme les quatre éléments (feu, air, eau, terre), les quatre qualités (chaleur, froid, humidité, sécheresse), les douze signes du Zodiaque et les sept planètes dont chacune habite une sphère, à savoir : Saturne, Jupiter, Mars, Soleil Vénus, Mercure et la Lune.

Dans chaque élément, on distingue deux propriétés la densité et la subtilité.

Les éléments, les sphères et les astres, en combinant leur action sur la terre, engendrent les trois règnes de la nature : le  règne minéral, le règne végétal et le règne animal, auxquels appartiennent les corps humains créés par les âmes parlantes ».

La Couleur du 7° degré au Rite Œcuménique est le Pourpre

Produite par les Phéniciens (teinture avérée en 1500 BC à Ougarit, puis, à très grande échelle et durablement à Tyr et Sidon), dans les Cyclades et en Israël, elle symbolisa un haut rang social chez les Gréco-romains ainsi que dans nombreuses civilisations. A Rome, elle était l'apanage des consuls, des triomphateurs puis des empereurs . Dans l'empire romain d'Orient, elle représenta la dignité impériale : les enfants royaux nés sous le règne de leurs parents étaient dits "porphyrogénètes", c'est-à-dire "nés dans la pourpre". On utilise alors celle-ci comme teinture, mais aussi comme encre pour les documents officiels ou religieux, selon des modalités d'emploi complexes.

Pour les rois francs et les évêques et cardinaux catholiques, la pourpre, arborée par le biais du vêtement, était le symbole d'un pouvoir. 

Plus qu'un symbole, elle  a peut-être fait la fortune de la Phénicie (Phoinikè, à rapprocher de la couleur de l'oiseau mythique Phoenix , symbole de l'Obédience).

Pour en savoir plus :  http://www.grandorientarabe.org/index.php?p=1_12_Le-Rite-cum-nique 

Partager cet article

13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 10:45

Le Conseil a adopté une décision établissant une base juridique pour l'Institut d'études de sécurité de l'Union européenne et a supprimé la base précédente, à savoir l'action commune 2001/554/PESC.

L'Institut a pour mission de contribuer au développement de la réflexion stratégique de l'UE dans le domaine de la politique étrangère et de sécurité commune et de la politique de sécurite et de défense commune de l'Union, par la réalisation d'analyses et la diffusion d'informations et l'organisation de débats de nature politique.

 

Voir le site de l'Institut : http://www.iss.europa.eu/fr/home/

Partager cet article

Penser pour agir !

" Je préférerai toujours les choses aux mots,
et la pensée à la rime !
 "
 

(Voltaire)

 

" L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller

jusqu'au bout de sa pensée "

(Léon Blum)

 

"La démocratie est d'abord un état d'esprit"

(Pierre Mendès France)  

 

 

Recherche

Connaissez-Vous ... ?

Catégories

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog